Les disciplines


1. Dressage classique

  • Définition

Le dressage classique est un ancien sport équestre qui a évolué à partir des mouvements des formations de cavalerie sur le champ de bataille. L’équitation classique est décrite comme « l’art de l’équitation en harmonie avec plutôt que contre le cheval ». L’équitation classique recherche le juste équilibre dans la position du corps, le déplacement avec le mouvement du cheval, et à utiliser les aides (cravache, éperons, rênes) correctement.

  • Dressage classique moderne

Le dressage moderne est issu de l’école classique, même si sa forme est légèrement différente de son ancêtre. Le concours de dressage est un sport international avec des niveaux allant du débutant à la sélection pour les Jeux olympiques. Contrairement au dressage classique, la compétition de dressage moderne ne nécessite pas d’airs au-dessus du sol, que la plupart des chevaux ne peuvent pas réaliser même avec une formation correcte, à cause de leurs limitations physiques. La compétition se concentre sur les mouvements de dressage, tels que le piaffer, passage, trot allongé, pirouette et les changements de pied au galop.

La forme la plus pure de l’équitation classique prend des années à la fois pour le cheval et le cavalier à être maitrisée. Lorsqu’un cheval est avancé dans sa formation, il peut exécuter non seulement les mouvements du Grand Prix de dressage, tels que le passage et le piaffer, mais aussi certaines « airs au-dessus du sol ».

Dressage compétition

  •  Les chevaux employés en dressage classique

Il existe trois races principalement connues pour leur capacité à exécuter des airs au-dessus du sol : le Lipizzan, le cheval Lusitanien et le cheval de Pure Race Espagnole. D’autres races sont connues pour leurs compétences en haute école : comme le frison et certaines races d’origine allemande.

Aujourd’hui, les seules grandes écoles de dressage classique sont le Cadre Noir, l’École d’équitation espagnole, l’École royale andalouse d’art équestre à Jerez de la Frontera et       l’École Portugaise d’Art Équestre à Lisbonne. Il existe un petit nombre de formateurs indépendants au dressage classique, qui s’efforcent de conserver cette branche de l’art vivante, les plus connus étant Nuno Oliveira et ses étudiants.

 

2. Le travail aux longues rênes :

L’origine de cette technique remonte probablement à la renaissance.

L’absence du poids du cavalier permet au cheval de se mouvoir avec un meilleur équilibre. On obtient avec cette activité, même si son apprentissage reste très délicat, tous les airs de Haute École.

On peut la pratiquer avec ou sans surfaix en se positionnant juste derrière le cheval, à une distance un peu plus éloignée ou sur le coté de la croupe.

Les 4 grandes Écoles Européenne de Dressage continuent à travailler leur chevaux aux longues rênes et font des démonstrations de ce véritable art lors de leur représentations.

Longues rênes Web

3. L’équitation de travail portugaise:

L’équitation de travail est issue de l’utilisation traditionnelle du cheval dans la conduite du bétail et des travaux quotidiens.

Universellement pratiquée, les portugais en ont fait une discipline sportive et culturelle qui génère un véritable engouement. Cette équitation permet de mettre en évidence les caractéristiques du cheval lusitanien. Sa générosité, sa maniabilité, sa puissance et ses allures, lui permettent de concourir avec excellence dans les différentes disciplines équestres.

Equitation de travail Web

4. Le travail en liberté, l’art du cirque et le spectacle équestre :

C’est une mise en scène des chevaux.

Le cirque l’a pendant longtemps énormément démocratisée et mise en valeur.

Un des exemples les plus connus reste la famille Gruss et Lucien notamment.

D’autres grands dresseurs ont apporté leurs touches originales comme Bartabas, Jean-François Pignon, Mario Luraschi….

                                                                     Travail en liberté web

5. La doma vaquera

  • Description

La Doma Vaquera est issue du travail des ouvriers cavaliers des troupeaux bovins en Espagne. Elle a vu le jour au XVIIIe siècle et provient d’Andalousie, mais a été adoptée et développée dans toutes les régions bovines d’Espagne. Elle fait partie intégrante du travail de l’élevage bovin en Espagne et dans de nombreux pays de culture hispanique. Au delà d’un aspect traditionnel, elle est l’une des méthodes les plus anciennes de travail pour le tri du bétail. En cela, elle a servi de modèle pour nombre de cultures d’équitation de travail.

Toutes les races de chevaux sont aptes à la doma vaquera, mais les plus utilisées sont le pure race espagnole, le pur-sang anglais et le pur-sang arabe. Cette discipline nécessite une selle spécifique.

  • Compétition

En France, la doma vaquera est reconnue comme discipline d’équitation par la Fédération française d’équitation. L’habillement du cavalier, le harnachement et le toilettage du cheval doivent respecter la tradition andalouse. La présentation intervient dans les notes des juges.

Les couples déroulent des reprises spécifiques[1] mettant en valeur la soumission du cheval et son dressage. La reprise des « chevaux dressés » est la reprise phare de cette discipline et exige la bonne réalisation de plus de 20 figures.

                                                       doma vaquera

 

Les commentaires sont fermés.